L’Intermarché Boyer vous offre des matins exquis!

Image - Promotion de la campagne de levée de fonds du RAPLIQCAMPAGNE DE COLLECTE DE FONDS 2015 

AU PROFIT DU RAPLIQ

 

L’Intermarché Boyer vous offre des matins exquis!

Pour un délicieux mariage avec vos croissants, rôties ou crêpes, voici une gamme choisie de confitures aux saveurs de France.

Du 2 au 8 avril inclusivement, en effectuant un don de 10$ au RAPLIQ* lorsque vous ferez vos achats à l’Intermarché Boyer (1000, avenue du Mont-Royal Est), vous recevrez trois cadeaux en plus de contribuer au maintien d’un organisme du quartier et de promouvoir l’inclusion sociale tout en bannissant la discrimination.

En échange de ce don de 10$, l’Intermarché Boyer vous offrira trois pots de 190ml chacun de confitures d’exception importées de France (valeur de 15$), produites et importées par l’entreprise « Tentations gourmandes ».

À propos du RAPLIQ :

«  Le RAPLIQ est un organisme voué à la défense et à la promotion des personnes en situation de handicap et visant l’éradication de la discrimination souvent faite à leur égard. »

Le RAPLIQ ne reçoit aucune subvention gouvernementale, mais bénéficie de l’aide précieuse générée par Franck Hénot et Danny Therrien, les deux proprios au grand cœur de l’Intermarché Boyer.

  • Le RAPLIQ, pour l’inclusion sociale au-delà de la différence! 

  • Un p’tit 10 $ pour une bonne cause et des matins exquis!

Des détails sur les modalités de livraison suivront dans les prochains jours !

Vol au-dessus d’un nid d’hélicos

(Pour assurer une belle ambience sonore lors de la lecture, mettre: ceci)

 

Montréal, 30 janvier 2015 – Le RAPLIQ, comme bien d’autres à Montréal, apprenait hier, à son plus grand étonnement, que le maire de Montréal avait l’intention de mener une étude afin de doter Montréal, SA ville, d’un héliport public!

Selon ses dires, il s’agit là d’un projet d’une grande nécessité puisque, qu’actuellement, les propriétaires d’hélicoptères doivent atterrir à l’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau puisque Montréal, et son centre-ville, ne disposent que d’héliports privés.

Aussi selon ses affirmations, l’héliport public de Montréal serait un atout majeur lors des grands festivals animant la scène Montréalaise comme : la fin de semaine de la F1, le Festival de jazz, les Francofolies ou..un match de balle molle peut-être ?

Le RAPLIQ tient, aujourd’hui, à souligner la fierté qu’il a d’avoir un maire si ambitieux!

Sauf que…

Le RAPLIQ est inquiet…

Le Maire sait-il qu’un nombre infiniment ridicule de stations de métro sont accessibles  aux gens à mobilité réduite dans SA ville, SON Montréal ?

Le Maire est-il conscient, qu’à défaut d’avoir accès au même service que tous, des gens se retrouvent tributaires, dépendant, voire PRISONNIERS d’un système de transport adapté n’étant plus à l’écoute, RÉELLEMENT, des besoins de ses usagers ?

Le Maire a-t-il déjà vécu l’humiliation de devoir attendre, dehors, comme un chien n’étant pas admis, devant un restaurant, un commerce ou un lieu public dont une marche, si petite soit-elle lui fait un pied de nez en riant ?

Le RAPLIQ pense évidemment  que non…

Autrement, le Maire aurait réfléchi plus longtemps avant de reléguer constamment l’accessibilité dans le champ des priorités de 4e ordre

23 M$ pour le centre de services animaliers de Montréal (alors que SPCA-Montréal manque cruellement de financement)

11 M$ pour la réfection des terrains publics de Baseball

La station de Métro Angrignon qui, malgré que des  travaux majeurs soient prévus, ne fera PAS fait l’objet de modifications, mêmes partielles favorisant sa mise en accessibilité.

La liste des aberrations est encore longue, mais je m’arrêterai ici, par manque de temps et pour le bien de notre santé mentale à tous.

Le Maire DOIT revoir ses priorités!

Le Maire DOIT nous le dire s’il compte CONSTAMMENT remettre les enjeux de l’accessibilité aux calandres grecques

Le RAPLIQ est inquiet,

Le RAPLIQ a peur…

[Sources]

Le maire Coderre veut un héliport au centre-Ville – Journal de Montréal – 28 Janvier 2015

Montréal: 11 millions pour retaper les terrains de baseball – La Presse – 23 Janvier 2015

Nouveau Centre bell dans les rues de Lasalle – Merci à l’administration Barbe!

Grande nouvelle pour le RAPLIQ et les citoyens de Lasalle en cette fin de Janvier 2015!

Alors que, dans la majorité des arrondissements, la glace sur les trottoirs et les bancs de neiges ne représente qu’un ulcéreux souvenir, nous tenons à remercier Madame Barbe et son administration.

En effet, grâce aux efforts acharnés des dirigeants, les rues de Lasalle disposent encore de leur propre patinoire extérieure et de nombreuses pistes de «Crazy Carpet» improvisées

Comme le démontrent les photos ci-dessous, l’arrondissement Lasalle a vraiment à cœur la sécurité et le bien-être de ses résidents!

Merci à Manon Barbe pour son implication!

 

L’équipe du RAPLIQ et les citoyens de Lasalle


 

Un citoyen de Lasalle casse la glace à coup de hache pour pouvoir circuler! - Crédit photo: Francisco Moreno

Un citoyen de Lasalle casse la glace à coup de hache pour pouvoir circuler! – Crédit photo: Francisco Moreno

Des coups de pelle sont donnés pour la sécurité de Lasalle! Crédit photo: Francisco Moreno

Des coups de pelle sont donnés pour la sécurité de Lasalle! Crédit photo: Francisco Moreno

 

In Memoriam Martin Boudreau

Montréal, le 13 janvier 2015,

C’est avec une profonde tristesse que le RAPLIQ apprenait hier, le départ, vers des cieux qui nous l’espérons sont plus justes, de l’activiste Martin Boudreau.

 

Cet ancien employé de l’OPHQ a toujours fait, des moindres moments mis à sa disposition, des occasions de dénoncer, cogiter, élaborer des projets afin d’améliorer sa vie comme celle de tous les québécois.

Ses centres d’intérêts, ce pourquoi il répondait toujours présent : La sécurité, l’accessibilité et l’ingénierie inventive

Par ce petit mot, le RAPLIQ espère que les proches et amis de M. Boudreau sauront trouver réconfort.

 

Merci à vous M. Boudreau! Merci pour votre engagement! Merci pour vos convictions!

L’équipe du RAPLIQ

Lisez l’avis de décès de M. Boudreau

Joyeuses fêtes de la part du RAPLIQ

La neige tombe sur Montréal,
La glace fait trembler les boulons de nos aides à la mobilité,
La STM s’enlise, comme à chaque année, dans son scénario de peur des tempêtes

Vous, membre, sympathisant, combattant pour l’inclusion,
Fulminez sûrement de rage en entendant un commis vous clouer chez vous pour des raisons bidon,
Vous êtes hésitant devant cette entrée mal nettoyée,
Mais vous oubliez quelque chose…

Cette période de froid et de glisse est aussi une période de chaleur
De chaleur humaine qui, pourra être un baume sur les plaies des injustices que vous subissez,
Tenaillé par la solitude ? cette chaleur humaine deviendra un compagnon de tous les instants pour 2015

Durant cette période dédiée aux rapprochements, au partage et à la solidarité,
Le RAPLIQ vous souhaite santé, amour, bonheur, accomplissement et combativité accrue pour 2015!

En ces temps de repos et de célébrations, soyez assurés que vous TOUS et TOUTES êtes dans nos pensées.
Les armes sont loin d’être jetées, nous profitons du temps des fêtes pour les affûter!

2015 sera l’année du RAPLIQ, sera VOTRE année!

Paix, amour et prudence de la part de l’équipe du RAPLIQ

Du Gui

 

Philippe Couillard : Dr. Jekyll & Mr. Hyde

dr jekyll et mr hyde

Philippe Couillard

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y a dix ans aujourd’hui, lors du 37e Journal des débats de l’Assemblée nationale, il avouait pourtant ceci…

www.assnat.qc.ca/fr/travaux-parlementaires/commissions/cas-37-1/journal-debats/CAS-041202.html

Montréal, le 2 déc. 2014 /CNW Telbec/ – Alors ministre de la Santé et Services sociaux, il demandait une révision et des correctifs visant à mettre en accessibilité les bâtiments construits avant 1976. En s’adressant à M. Russell Copeman, à cette époque président de l’Assemblée nationale, il ajoutait que cette demande se voulait très pressante de la part des personnes handicapées.

Philippe Couillard sollicitait, entre autres, la reformulation de l’article 69 de la « Loi assurant l’exercice des droits des personnes handicapées en vue de leur intégration professionnelle, scolaire et sociale.

Le ministre d’alors revendiquait l’insertion de « l’Accessibilité des bâtiments »

Citons le ministre de la Santé d’alors, maintenant Premier-Ministre du Québec :

M. Couillard : « …pour des raisons évidentes, mais le propriétaire a refusé d’aménager une rampe d’accessibilité pour paraplégiques, pour des raisons, disait-il, esthétiques. C’est quelque chose, hein, qu’on ait encore à faire face à ces attitudes-là? »

Mme Charest (Rimouski) : « Oui. C’est pour dire jusqu’à quel point on a du chemin à faire. »

M. Couillard : Bien, voilà. Alors, il s’agit de s’assurer que ce propriétaire, dans le cadre de cette loi et du règlement qui sera déterminé par le ministre, devra le faire, là.

Maintenant que le Dr. Jekyll est devenu Mr. Hyde, le discours est tout à fait différent. Le Premier-Ministre du Québec n’a aucune gêne, aucun scrupule à couper dans tout ce qui a trait aux personnes handicapées. Sans vergogne.

Il ne demande plus au ministre du Travail, Sam Hamad, de lui rendre des comptes sur l’accessibilité des bâtiments, ce qui permettrait l’inclusion sociale des personnes handicapées.

Il y a aujourd’hui dix ans, Philipe Couillard portait fièrement l’habit du Dr. Jekyll. Dix ans auront suffi à le métamorphoser en Mr.Hyde.

« C’est quelque chose, hein, Mr. « Hide » et M. Hamad qu’on ait encore à faire face à ces attitudes-là? »

À propos du RAPLIQ : « Le RAPLIQ est un organisme voué à la défense et promotion des droits des personnes handicapées et visant l’éradication de la discrimination souvent faite à leur égard. »

SOURCE RAPLIQ (Regroupement des activistes pour l’inclusion au Québec)

Renseignements :

  Linda Gauthier – (514) 690-8204, Présidente, RAPLIQ, www.rapliq.org

Scandale ! Fausses économies : le ministre du Travail, Sam Hamad, handicape le Québec. Les personnes ayant des limitations en ont assez!

Sam Hamad en (in)action

Écoeuré de voir que la discussion de bonne foi ne mène à rien, le RAPLIQ poursuit le ministre en cour.

MONTRÉAL, le 3 déc 2014 /CNW Telbec/ – « En cette « Journée internationale des personnes handicapées », nous constatons que dans la présente optimisation de l’État, nous sommes encore les dindons de la farce, Avec son projet de Code de construction du Québec (CCQ), le ministre du Travail refuse d’agir pour éliminer les obstacles qui handicapent les personnes ayant des limitations.» rage Linda Gauthier, présidente du Regroupement des activistes pour l’inclusion au Québec (RAPLIQ).

Le ministre du Travail a en effet rejeté les recommandations adoptées par la Régie du bâtiment du Québec (RBQ) pour inscrire dans le CCQ, l’accessibilité résidentielle. Après 7 ans de travaux de la RBQ sur ce sujet, des milliers d’heures de travail sont ainsi gaspillées, le projet de CCQ pré publié le 10 septembre ignore l’accessibilité de l’intérieur des habitations. De plus, le ministre Hamad ne fait rien pour assurer l’accessibilité des immeubles ouverts au public aux Québécois ayant des limitations.

« C’est de la pure discrimination, au même titre que si on interdisait à une personne de couleur, une femme enceinte ou une personne âgée d’accéder à un immeuble. » vocifère Linda Gauthier.

« De nos jours se trouver un logement est un tour de force pour bien des gens, imaginez que vous soyez limités aux lieux accessibles en fauteuil roulant et qu’en plus vous attendiez 24 mois pour pouvoir y vivre décemment une fois les adaptations requises effectuées.»

« Imaginez ne pas avoir accès à au moins 50% des immeubles ouverts au public (cliniques médicales, dentaires, écoles, garderies, magasins, restaurants, etc.) et ce, à l’échelle provinciale» déplore Linda Gauthier.

Malgré les concessions importantes que la COPHAN a proposées depuis le 10 septembre pour qu’un minimum d’accessibilité soit imposée, le futur CCQ restera muet sur l’accessibilité une fois passé la porte d’entrée des logements.

« Avec une société vieillissante et des personnes en situation de handicap, c’est actuellement au  moins 20% de la population québécoise qui est discriminée par le ministre Hamad « patron » de La RBQ.

« C’est pour cela que nous avons lancé une campagne auprès du Ministre pour que le CCQ soit rapidement mis au niveau» indique Richard Lavigne, directeur de la COPHAN.

Sam Hamad, ministre responsable de la Régie du Bâtiment du Québec (RBQ), sait qu’en maintenant sa décision, il enfreint la Charte des droits et libertés de la personne, autant qu’il ignore la Loi assurant l’exercice des droits des personnes handicapées et la Politique À part entière qui s’y rattache.

C’est donc, dans cette optique que le RAPLIQ a depuis plusieurs mois, monté un dossier et déposera cette semaine, sa plainte en discrimination fondée sur le motif du handicap contre le ministre du Travail et la Régie du bâtiment du Québec (RBQ), à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ).

Un important point de presse aura lieu :

Mercredi, 3 décembre 2014 à 10h30 au :

1200, ave McGill College
Au Café Dépôt (rdc)
Montréal (Québec)

Lieu accessible en fauteuil roulant, mesures d’accommodements disponibles sur demande

À propos de la COPHAN : La COPHAN est un regroupement d’action communautaire autonome de défense collective des droits qui a pour mission, depuis 1985, de rendre le Québec inclusif afin d’assurer la participation sociale pleine et entière des personnes ayant des limitations fonctionnelles et de leur famille. Elle regroupe 61 organismes et regroupements nationaux et régionaux, représente toutes les limitations fonctionnelles  et intervient sur toutes questions susceptibles d’interférer sur leur vie et leurs droits comme citoyens à part entière.

À propos du RAPLIQ : « Le RAPLIQ est un organisme voué à la défense et à la promotion des droits des personnes en situation de handicap et visant l’éradication de la discrimination souvent faite à leur égard. »

SOURCE RAPLIQ (Regroupement des activistes pour l’inclusion au Québec)

 Renseignements :

Linda Gauthier, Présidente, RAPLIQ, (514) 690-8204, www.rapliq.org;

Richard Lavigne, D.G., COPHAN, (514) 567-7873, www.cophan.org

Vins et Fromages – Merci !

Merci!

Bonsoir à toutes et tous!

Vous étiez nombreuses/nombreux hier pour célébrer avec nous le 5e anniversaire du RAPLIQ, lequel événement s’inscrivait dans notre activité-bénéfice de l’année.

Grâce à vous, le RAPLIQ est plus « riche » de 3 580,83 $, ce qui nous permettra d’accomplir encore d’importantes actions militantes, contribuant à l’inclusion sociale.

Nous vous sommes infiniment reconnaissants de croire en nous et d’avoir la même vision de ce monde exempt de préjugés, de capacitisme et autres systèmes d’oppression intersectionnelle auxquels les personnes en situation de handicap sont souvent victimes.

Et comme nous osons dire : « Lorsque nous récolterons les fruits de nos revendications, c’est à vous que nous penserons. »

VIN

La Boutique Nespresso, socialement inclusive parce que totalement accessible.

Communiqué de presse

Une première sur la rue Crescent :

La Boutique Nespresso, socialement inclusive parce que totalement accessible.

Montréal, mercredi, le 15 octobre 2014. La Boutique Nespresso, sise au 2045 de la rue Crescent, laquelle a pignon sur rue depuis 2009 dans un immeuble, comme tant d’autres sur cette célèbre rue, de style victorien et évidemment à caractère patrimonial, vient probablement de créer un précédent en matière d’ouverture d’esprit face à l’accessibilité universelle, et ce, malgré l’indignation des organismes et individus protecteurs du patrimoine.

Côtoyant d’autres établissements de renom, la célèbre boutique a rapidement compris qu’un facteur pourtant essentiel faisait défaut sur cette rue jet-set : l’accessibilité universelle. Ce concept si fondamental qui s’allie avec l’inclusion sociale, permet à tous d’avoir accès à tout, était pourtant tellement absent encore en 2014.

Et pourtant ce haut-lieu du night life montréalais, de restos et boutiques branchés, hôte d’évènements sportifs prestigieux tels que le « Festival Grand Prix », le « Molson Indy Champ Car » pour ne nommer que ceux-ci, ne permet pas à 15% des Montréalais, et ce, sans compter les nombreux touristes, de participer aux activités afférentes, puisque la grande majorité des bâtiments n’est pas accessible entres autres aux personnes se déplaçant en fauteuil roulant

Au Québec, notamment à Montréal, si un commerçant veut entreprendre des travaux de mise en accessibilité de l’immeuble où il exerce ses affaires et que le bâtiment en question est à caractère patrimonial, il a un long chemin sinueux à parcourir afin d’obtenir son permis de rénovation. D’autres organes montréalais et pan-montréalais n’oseront pas l’avouer publiquement, mais s’y opposent farouchement. Comme si d’intégrer une rampe ou aplanir un seuil allait enlaidir le bâtiment.

Nespresso a donc prouvé le contraire et a démontré que c’est tout à fait réalisable. De plus, la firme encourage chaque commerçant à faire de même.

Ainsi, dans un souci d’exceller en ce qui a trait aux meilleurs crus de café au monde, la Boutique Nespresso offre maintenant un accès universel permettant ainsi entre autres, aux personnes à mobilité réduite et parents munis de poussette d’enfants d’y avoir accès sans aucune contrainte, afin de profiter des produits et services exemplaires offerts par Nespresso.

Linda Gauthier, présidente du RAPLIQ rappelle que l’accessibilité aux immeubles ouverts au public est un droit prescrit par l’article 15 de la Charte des droits et libertés de la personne.

Une conférence de presse aura lieu mercredi, le 15 octobre 2014 à 10h30, devant la Boutique Nespresso, 2045, Crescent, Montréal.

À propos du RAPLIQ : Le RAPLIQ est un organisme voué à la défense des droits des personnes en situation de handicap et visant l’éradication souvent faite à leur égard.

Pour informations :  
Linda Gauthier Présidente, RAPLIQ

(514) 656-1664 

-30-

Nouvelles dispositions pour le tirage au sort à l’hôtel de Ville pour une question de «Sécurité» : Le RAPLIQ dénonce ces mesures sécularisant et limitant l’expression d’opinion

Suite aux incidents malheureux s’étant produit lors du dernier conseil de Ville, le 18 août dernier, la commission de la présidence a élaboré, plus tôt cette semaine, un nouvelle politique d’accès à l’hôtel de Ville de Montréal plus précisément lors de soir de conseils où il y a période de questions.

Cette nouvelle «Politique» repose principalement sur 3 choses que le RAPLIQ juge comme étant préjudiciables quant à l’exorcise de la démocratie au sein de la «Maison des citoyens» :

  1. La récupération des billets de tirages ne se fera plus à l’hôtel de Ville, située au 275 Notre-Dame Est mais bien au 303 rue Notre-Dame Est, édifice attenant à l’hôtel de ville

  2. Chaque billet émis devra être identifié au nom de la personne l’ayant reçu

  3. L’échange de billets sera passible d’amendes allant de 100 à 1 000 dollars

Attendu l’application à la lettre de ces dispositions, le RAPLIQ peut affirmer les faits suivants :

  1. Faire déplacer à DEUX reprises des citoyens payeurs de taxes d’impôts dans le seul but d’assurer un meilleur contrôle des accès à l’Hôtel de Ville est une mesure exagérée pouvant même limiter la participation citoyenne. Les citoyens ne sont-ils pas bienvenus dans LEUR maison? Pourquoi leur rendre la tâche de participation à la vie démocratique plus difficile qu’elle ne l’est déjà?

  2. Lors des réflexions ayant menées à ces dispositions, est-ce que la commission de la présidence a considérée la position périlleuse dans laquelle le fait de devoir se déplacer entre deux édifices représente pour les personnes en situation de handicap? Comment ces personnes peuvent telles assurer leurs déplacement sécuritaires en étant soumis à la glace sur les trottoirs glissants, parfois en piètre état et la neige sévissant sur Montréal en hiver?
    Suite à de récentes tractations de la part de la présidente du RAPLIQ, Madame Linda Gauthier et de certains citoyens concernés, le Greffier, M. Yves Saindon a tenu à préciser que des «mesures d’accommodement» seraient offertes aux personnes handicapées, qu’elles pourraient, entre autre, envoyer quelqu’un réoccuper le billet à leur place. Ce à quoi Linda Gauthier répond : «Il s’agit ici d’une mesure qu’on tente de faire passer pour un privilège, un cadeau, alors qu’en fait, ce n’est qu’un façon déguisée d’infantiliser les personnes handicapées».

    Il convient de comprendre ici que l’enjeu est qu’une personne handicapée n’est pas toujours accompagnée et que de surcroît une personne est dans son plein droit de participer au processus démocratique sans se sentir différente des autres en toute autonomie et sécurité.

  3. Le fait de rendre répréhensible, sous peine d’amendes salées, l’échange de billets au sein, par exemple, d’un groupe de citoyen disposant de porte-paroles ou même entre individus PEUT être vu comme un moyen coercitif d’assurer l’exorcise juste et équitable de la démocratie. Cependant, il n’en est rien, puisqu’en général, un citoyen ayant été pigé avec un numéro échangé, donc autre que le sein, va donner son propre billet à quelqu’un d’autre après s’est enregistré auprès du greffe. «Nous ne sommes pas des enfants d’école, on sait vivre et respecter le processus démocratique. De plus, c’est un fait connu que ce ne sont pas tous les membres d’un groupe qui sont à l’aise devant un micro… Alors, en quoi est-ce que de partager les billets et ainsi assurer que le message passe peut nuire à la démocratie?» se questionne Laurent Morissette, vice-président du RAPLIQ

En définitive, une motion sera présentée au conseil de ville ce Lundi 15 septembre pour débattre de la question de ces nouvelles règles que Me Yves Saindon a qualifié de «Temporaire», dans une réponse par courriel, état des choses dont doute fortement le RAPLIQ et ses sympathisants.

C’est pour l’ensemble des faits et attentes ci-dessus que le RAPLIQ sera au Conseil de ville du Lundi 15 septembre afin de faire savoir au maire qu’il se doit de faire respecter la démocratie sans toutefois l’entraver ou rendre sa pratique plus intimidante qu’elle ne l’est déjà!