Appel à la mobilisation – 7150 Viau

Communiqué très important

Appel à la manifestation

Bonjour mes amiEs!

Le RAPLIQ fait appel à vous aujourd’hui pour vous demander de venir pacifiquement manifester devant un immeuble résidentiel situé au 7150, rue Viau (arrondissement St-Léonard).

Une dame de 78 ans, assez autonome pour vivre chez elle, mais dont la mobilité est très réduite (elle devra subir une intervention chirurgicale aux deux genoux bientôt) a un triporteur pour l’aider à se véhiculer dans le quartier, mais tout comme d’autres résidents de l’immeuble, elle peut difficilement le faire puisque l’entrée de l’immeuble n’est pas accessible.

De plus, une des filles de cette dame est atteinte de sclérose en plaques et elle-même se déplace en fauteuil roulant. Elle ne peut donc pas rendre visite à sa mère.

Suite à l’intervention de son fils, le RAPLIQ a fait une demande aux propriétaires, les Immeubles Viglione ou devrais-je dire l’Empire Viglione, pour demander un accommodement raisonnable, en aplanissant le palier de la porte d’entrée et en installant un mécanisme électrique d’ouverture de porte.

Un des actionnaires Viglione essaie toujours de trouver des arguments pour refuser de tels travaux. Il a même dit : « Peut-être que ces personnes devraient songer à déménager dans un CHSLD. »

Avec une pareille attitude, on comprend pourquoi il y a tant de conflits dans le monde!

Cette mobilisation aura un impact majeur sur l’avancée d’une réforme souhaitée du Code de construction du Québec à laquelle travaille stratégiquement le RAPLIQ en collaboration avec le Service aux collectivités de l’UQAM et son équipe chevronnée d’avocats, d’urbanistes, d’architectes, de plusieurs étudiants très impliqués dans ce partenariat en quête d’un changement majeur et d’une inclusion certaine en ce qui a trait aux personnes en situation de handicap, quel qu’il soit et utilisant une aide à la mobilité, quelle qu’elle soit aussi.

La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse est également au courant de nos revendications et nous sommes en attente d’une réponse de leur part pour joindre une table commune de travail, ayant pour objectif de vrais changements, voire de législation.

Mardi, le 30 septembre prochain à 10 h 30, soyez nombreuses/nombreux à venir revendiquer et manifester pacifiquement, mais énergiquement un mieux-être pour ces personnes. Cette action aura également un effet symbolique puisque ce sera la première du genre au Québec.

Nous tiendrons également une conférence de presse sur place.

Nous comptons sur votre présence. Grâce à vous toutes/tous, on vaincra.

Pour informations :

Linda Gauthier

Présidente

(514) 656-1664

-30-

Nouvelles dispositions pour le tirage au sort à l’hôtel de Ville pour une question de «Sécurité» : Le RAPLIQ dénonce ces mesures sécularisant et limitant l’expression d’opinion

Suite aux incidents malheureux s’étant produit lors du dernier conseil de Ville, le 18 août dernier, la commission de la présidence a élaboré, plus tôt cette semaine, un nouvelle politique d’accès à l’hôtel de Ville de Montréal plus précisément lors de soir de conseils où il y a période de questions.

Cette nouvelle «Politique» repose principalement sur 3 choses que le RAPLIQ juge comme étant préjudiciables quant à l’exorcise de la démocratie au sein de la «Maison des citoyens» :

  1. La récupération des billets de tirages ne se fera plus à l’hôtel de Ville, située au 275 Notre-Dame Est mais bien au 303 rue Notre-Dame Est, édifice attenant à l’hôtel de ville

  2. Chaque billet émis devra être identifié au nom de la personne l’ayant reçu

  3. L’échange de billets sera passible d’amendes allant de 100 à 1 000 dollars

Attendu l’application à la lettre de ces dispositions, le RAPLIQ peut affirmer les faits suivants :

  1. Faire déplacer à DEUX reprises des citoyens payeurs de taxes d’impôts dans le seul but d’assurer un meilleur contrôle des accès à l’Hôtel de Ville est une mesure exagérée pouvant même limiter la participation citoyenne. Les citoyens ne sont-ils pas bienvenus dans LEUR maison? Pourquoi leur rendre la tâche de participation à la vie démocratique plus difficile qu’elle ne l’est déjà?

  2. Lors des réflexions ayant menées à ces dispositions, est-ce que la commission de la présidence a considérée la position périlleuse dans laquelle le fait de devoir se déplacer entre deux édifices représente pour les personnes en situation de handicap? Comment ces personnes peuvent telles assurer leurs déplacement sécuritaires en étant soumis à la glace sur les trottoirs glissants, parfois en piètre état et la neige sévissant sur Montréal en hiver?
    Suite à de récentes tractations de la part de la présidente du RAPLIQ, Madame Linda Gauthier et de certains citoyens concernés, le Greffier, M. Yves Saindon a tenu à préciser que des «mesures d’accommodement» seraient offertes aux personnes handicapées, qu’elles pourraient, entre autre, envoyer quelqu’un réoccuper le billet à leur place. Ce à quoi Linda Gauthier répond : «Il s’agit ici d’une mesure qu’on tente de faire passer pour un privilège, un cadeau, alors qu’en fait, ce n’est qu’un façon déguisée d’infantiliser les personnes handicapées».

    Il convient de comprendre ici que l’enjeu est qu’une personne handicapée n’est pas toujours accompagnée et que de surcroît une personne est dans son plein droit de participer au processus démocratique sans se sentir différente des autres en toute autonomie et sécurité.

  3. Le fait de rendre répréhensible, sous peine d’amendes salées, l’échange de billets au sein, par exemple, d’un groupe de citoyen disposant de porte-paroles ou même entre individus PEUT être vu comme un moyen coercitif d’assurer l’exorcise juste et équitable de la démocratie. Cependant, il n’en est rien, puisqu’en général, un citoyen ayant été pigé avec un numéro échangé, donc autre que le sein, va donner son propre billet à quelqu’un d’autre après s’est enregistré auprès du greffe. «Nous ne sommes pas des enfants d’école, on sait vivre et respecter le processus démocratique. De plus, c’est un fait connu que ce ne sont pas tous les membres d’un groupe qui sont à l’aise devant un micro… Alors, en quoi est-ce que de partager les billets et ainsi assurer que le message passe peut nuire à la démocratie?» se questionne Laurent Morissette, vice-président du RAPLIQ

En définitive, une motion sera présentée au conseil de ville ce Lundi 15 septembre pour débattre de la question de ces nouvelles règles que Me Yves Saindon a qualifié de «Temporaire», dans une réponse par courriel, état des choses dont doute fortement le RAPLIQ et ses sympathisants.

C’est pour l’ensemble des faits et attentes ci-dessus que le RAPLIQ sera au Conseil de ville du Lundi 15 septembre afin de faire savoir au maire qu’il se doit de faire respecter la démocratie sans toutefois l’entraver ou rendre sa pratique plus intimidante qu’elle ne l’est déjà!

Le RAPLIQ dans les médias suite à la manifestation de vendredi le 22 août sur les mammographies !

La revue de presse est là! Pas moins de DIX (10) mentions dans les médias et une promesse d’agit du ministre Barette !

  1. http://tvanouvelles.ca/video/3743503618001/
  2. mammographies-refusees-a-des-femmes-en-fauteuil-roulant-entrevue-avec-linda-gauthier/

 

  1. http://tvanouvelles.ca/video/3743454954001/
  2. mammographies-refusees-a-des-femmes-en-fauteuil-roulant-entrevue-avec-gaetan-barrette/

 

  1. http://tva.canoe.ca/emissions/salutbonjour/chroniques/
  2. sb/entrevue/221801/entrevue-avec-linda-gauthier-rapliq 

 

  1. http://www.cbc.ca/player/Shows/ID/2494946498/

 

  1. http://montreal.ctvnews.ca/video?playlistId=1.1972383

 

  1. http://globalnews.ca/video/1522973/refused-mammograms

 

  1. http://www.cbc.ca/news/canada/montreal/ga%C3%A9tan-barrette-vows-to-make-
  2. mammograms-accessible-to-women-in-wheelchairs-1.2744562

 

  1. http://www.985fm.ca/lecteur/audio/entrevue-avec-le-ministre-de-la-sante-et-des-servi-236120.mp3

 

  1. http://www.montrealgazette.com/news/
  2. Reduced+mobility+means+reduced+medical+access+activist
  3. s/10141418/story.html

 

  1. http://www.journaldemontreal.com/2014/08/22/des-femmes-en-fauteuil-roulant-ny-ont-pas-acces

“Scandale” – La mammographie refusée aux femmes en fauteuil roulant

“Scandale” – La mammographie refusée aux femmes en fauteuil roulant

MONTRÉAL, le 21 août 2014 /CNW Telbec/ – Des cliniques pourtant recommandées par les Agences de Santé et Services sociaux (ASSS), non seulement à Montréal, mais partout en province, refusent de passer l’examen de mammographie à des femmes en fauteuil roulant si elles ne peuvent pas se lever et rester debout le temps de l’examen…pourtant les appareils s’abaissent!

Linda Gauthier, présidente du Regroupement des activistes pour l’inclusion au Québec (RAPLIQ), elle-même victime de cette exclusion a décidé de faire enquête sur cette horrible discrimination:

« Le RAPLIQ a voulu savoir si c’était un phénomène montréalais et notre équipe a investigué toutes les cliniques de la province qui étaient recommandées par les ASSS, et pas moins de quatorze de ces cliniques ont carrément refusé de passer cet examen à des femmes en fauteuil roulant en invoquant de faux prétextes, et ce, même si la clinique est universellement accessible. »

« Combien de vos mères, conjointes, filles, sœurs, tantes, grand-mères, amies, cousines, nièces faisaient partie de ces femmes ségréguées, rejetées, discriminées? » s’interroge-t-elle.

Nous nous réunirons devant l’immeuble où se trouvent les bureaux du ministère de Santé et Services sociaux (MSSS), afin de savoir pourquoi un tel ostracisme dans une société dite évoluée et inclusive. Nous espérons que le Ministère nous rendra compte de cette exclusion.

D’ailleurs déjà deux plaintes ont été déposées devant la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ).

« Nous lançons un appel aux femmes se déplaçant en fauteuil roulant et ayant subi une telle défaveur, à nous contacter pour revendiquer leurs droits… s’il est encore temps… » dit Linda Gauthier.

Un point de presse aura lieu à 14 h 00, vendredi le 22 août 2014, devant le 2021, rue Union (bureaux montréalais du MSSS).

SOURCE:

RAPLIQ (Regroupement des activistes pour l’inclusion au Québec)

 Renseignements : et entrevues médiatiques :

Linda Gauthier, présidente du RAPLIQ : (514) 656-1664,

Pendant que les cols bleus envahissent l’Hôtel de Ville, les personnes handicapées rêvent d’un avenir meilleur…

Lundi dernier, le RAPLIQ, parmi cette mer de manifestant, a résisté et posé des questions!

Lundi, 18 août 2014, le RAPLIQ fut témoin des actions de protestation vandale commises par divers employés municipaux, alors que des membres de son conseil d’administration s’apprêtaient à intervenir sur le dépôt d’une motion de l’Opposition officielle. Cette motion visait une prise en considération de l’accessibilité universelle.

Une motion floue et manquant de mordant

Le RAPLIQ considère que la portée de cette motion était mal définie :

  • Les considérations d’accessibilité dans les sommaires décisionnels toucheraient-ils l’ensemble des bâtiments et commerces de la ville ou uniquement les édifices et infrastructures municipaux?
  • Est-ce que cette motion permettrait aux élus d’outrepasser les limitations de la loi sur le bâtiment en matière d’accessibilité?
  • Suite à cela, quel serait le plan à long terme de l’administration? Pourrions-nous espérer prendre le métro avant le 22e siècle?

Tant de questions sans réponses…

Le RAPLIQ reconnaît la bonne volonté de la responsable du dossier d’accessibilité, Madame Monique Vallée

Lors d’une rencontre, le 4 juillet dernier, la présidente du RAPLIQ, madame Linda Gauthier et M. Yves Daoust, nouvel administrateur se sont longuement entretenus avec Madame Vallée.

Au cœur de leurs échanges :

  • Les enjeux fondamentaux de l’accessibilité dans l’optique des droits et libertés au Québec
  • Le fait que la piètre situation de l’accessibilité à Montréal contrevient sans équivoque à plusieurs articles de la Charte des droits et libertés de la personne, LA loi au-dessus de
    toutes les autres!

Ainsi, le RAPLIQ n’est pas d’avis que l’avortement de cette motion soit si déplorable et ne considère pas cela comme une défaite. Au contraire. Le fait qu’il y ait un report à l’automne pourrait, selon ce que semblait présumer Mme Vallée, être plus favorable aux personnes en situation de handicap que la motion proposée par Projet Montréal.

Linda Gauthier demeure prudente dans ses attentes, mais optimiste quant aux propos de Mme Vallée, mais reste accrochée aux derniers mots prononcés sur ce point par le Maire lui-même, M. Coderre :
« Je veux ajouter, M. le Président, que par le retrait de cette motion, nous ne sommes pas contre l’accessibilité universelle, au contraire, on va travailler d’arrache-pied pour que cette accessibilité universelle se retrouve partout dans notre ville! »

Le RAPLIQ ajoute que l’administration Coderre est au pouvoir depuis moins d’un an, qu’il faut faire confiance, mais que si des mesures concrètes visant une règlementation statuant sur l’obligation d’accessibilité universelle ne sont pas prises d’ici la fin l’année, l’organisme entamera le processus de recours collectif contre la Ville. L’accessibilité est un droit, qu’on ne l’oublie pas!

Le RAPLIQ est un organisme oeuvrant en défense des droits des personnes en situation de handicap et visant l’éradication de la discrimination souvent faite à leur égard.

-30-

Accessibilité pour les personnes handicapées: Montréal menacée d’un recours collectif

Linda Gauthier en a assez des commerces et autres lieux publics qui sont inaccessibles aux personnes en fauteuil roulant. Elle menace de poursuivre la Ville de Montréal si elle ne resserre pas sa réglementation.

Mme Gauthier s’est dite «estomaquée» en apprenant mercredi que Projet Montréal compte inclure une section sur l’accessibilité universelle dans toutes les décisions prises par le conseil municipal.

«Les élus pensent qu’ils nous font un cadeau en disant qu’ils vont nous prendre en considération. C’est de la poudre aux yeux», a-t-elle lancé.

Linda Gauthier est présidente du Regroupement des activistes pour l’inclusion au Québec (RAPLIQ), qui dépose régulièrement des plaintes à la Commission des droits de la personne contre des commerces et des organismes qui ne rendent pas leurs établissements suffisamment accessibles aux personnes handicapées.

«Si ça continue comme ça, on va déposer une plainte contre la Ville de Montréal à la Commission des droits de la personne. On pourrait même lancer un recours collectif», a affirmé Mme Gauthier, qui se déplace en fauteuil roulant depuis qu’elle est atteinte de sclérose en plaques.

Mesures insuffisantes

La Ville de Montréal a adopté une politique sur l’accessibilité universelle en 2011. Le plan d’action adopté par la suite détaille plusieurs actions menées pour encourager l’accessibilité, notamment dans les édifices municipaux. Pour les commerces et autres lieux publics, les mesures sont surtout volontaires.

Ces mesures seraient insuffisantes selon Mme Gauthier, qui aimerait que la Ville oblige les nouvelles constructions et les édifices existants à être universellement accessibles, surtout les commerces.

«C’est bien beau d’avoir des édifices municipaux accessibles, mais je n’achète pas mes pantalons à l’hôtel de ville», a-t-elle souligné.

Loi provinciale

L’organisme Ex Aequo, qui s’est réjoui mardi de la motion qui sera débattue, croit que le débat pourrait dépasser Montréal et qu’une loi provinciale pourrait être nécessaire à moyen terme.

«On pourrait avoir une loi avec plus de dents au Québec, comme ce qui se fait en Ontario, en France et ailleurs. Mais on est moins dans une optique de contrainte en ce moment», a affirmé Benoit Racette, porte-parole d’Ex Aequo.

M. Racette a ajouté que, contrairement au RAPLIQ, son organisme utilise très peu le système judiciaire pour arriver à ses fins.

Projet Montréal ne s’est pas prononcé sur l’idée d’un règlement obligeant les commerçants à être universellement accessibles.

Invitée à répondre à Mme Gauthier, la conseillère municipale Érika Duchesne a simplement rappelé que la motion de son parti vise à ce que «l’accessibilité universelle soit systématiquement prise en compte dans tous les projets de la Ville de Montréal.

Le maire de Montréal, Denis Coderre, et son équipe n’ont pas souhaité se prononcer sur le sujet avant la prochaine réunion du conseil municipal


Source

Les personnes à mobilité réduite pouront peut-être continuer à recevoir leur courrier chez elles. Mais à quel prix?

Lnda Gauthier a donné une entrevue le 12 août 2014 sur le sujet.

Est-ce que la Société Canadienne des postes fait preuve d’intrusion dans la vie privée?
Définitivement!
Source: Entrevue

Peacefull protest in front of ministry of health. Women denied access to mamography exams !

Demonstration in front of the offices of the Ministère de la Santé et Services Sociaux (MSSS – ministry of health and social services) in Montreal

RAPLIQ is addressing you today because we need your support and participation at a peaceful demonstration in front of the offices of the MSSS at 2021 Union Street (just south of President-Kennedy).

For those of you who can use the metro, it is near the McGill Metro station.

Why? Please read the attachment for further details; however, briefly: several clinics in Quebec refuse to give a mammogram to women who are in wheelchairs and who are unable to get out of their chairs for the test. They refuse despite the fact that the machines themselves can be lowered and adjusted!

Discrimination!!!

Whether you are in a wheelchair or not, with limited mobility or not, whether you are a mother, a daughter, a sister, an aunt, a niece, a cousin, a partner, a father or a friend of a woman who has lost her battle with breast cancer, we ask you to please come to support us on this issue, that together with one voice we may denounce this further injustice toward women with disabilities.

Join us to help ensure that we may have the same rights as all women.

Looking forward to seeing you in great numbers:

Friday, 22 August 2014 at 2:00 p.m. 2021 Union Street (on the sidewalk)

Media will be on site … and a few other surprises!

Thank you!

P.S. If at all possible, we would appreciate knowing here or via e-mail if you can attend.

Linda Gauthier
Chairperson
Tel: 514 656-1664


Complement of information – Mammography situation (French only)

Scandale! Les Croisières AML inc. et les personnes handicapées : Une autre histoire d’exclusion…

« Vous m’avez monté un bien beau bateau… »

MONTRÉAL, le 30 juill. 2014 /CNW Telbec/ – Lundi 28 juillet 2014, Linda Gauthier, présidente du RAPLIQ (Regroupement des activistes pour l’inclusion au Québec) téléphone aux Croisières AML, dans le but de réserver deux places pour un souper croisière sur le « Cavalier Maxim », un des nombreux bateaux faisant partie de la flotte des Croisières AML inc.

Elle s’informe à savoir si le Cavalier Maxim est accessible aux personnes en fauteuil roulant.

« Seulement si vous êtes en fauteuil manuel » lui répond-on. « Des matelots doivent vous soulever pour franchir la passerelle et pour leur sécurité, un fauteuil électrique est trop lourd. De plus, les fauteuils électriques occupent plus de place…

» Mme Gauthier ne peut pas croire qu’en 2014, la société québécoise, les entreprises, les politiciens eux-mêmes ne soient pas plus inclusifs.

De plus, elle s’informe à savoir si les toilettes sont accessibles/adaptées pour les personnes à mobilité réduite. Le préposé lui répond qu’il est désolé, elles ne le sont pas!

La militante s’informe si les autres bateaux de la flotte des croisières AML sont accessibles et la voix au bout du fil lui répond encore par la négative. (Ce qui inclut le nouveau circuit Montréal-Québec-Charlevoix – voir article de L. Giguère, Agence QMI du 29/7/14)

http://fr.canoe.ca/voyages/destinations/quebec/croisiere/archives/2014/07/20140728-101915.html

« J’allais payer 104,95$ + taxes et pourboire pour un repas ».

Mais, au-delà de ce souper gastronomique, elle n’aurait pas eu les mêmes égards que les clients passagers sans limitation.

Pourquoi? Parce qu’au Québec, les personnes handicapées sont considérées comme des êtres à part, des citoyens de seconde classe. Nos décideurs politiques ne contrôlent pas ces aspects-là, comme si la dignité humaine et l’inclusion sociale étaient des options négligeables.

Et que dirait l’Office des personnes handicapées du Québec de savoir cela? Que Croisières AML fait son possible? Qu’il n’y a pas d’obligations au Québec? L’Office partagerait-il notre indignation? Nous aiderait-il à porter ce dossier plus haut?

Étrange quand même qu’en plus au Québec, il y ait des organismes dont la mission est le tourisme pour personnes à mobilité restreinte et que la discrimination dont fait preuve les Croisières AML ne les atteint pas plus que les ministères qui les subventionnent.

Est-ce que, dans cet ordre d’idée cela voudrait dire que le gouvernement subventionne la discrimination faite aux personnes handicapées?

Pour le RAPLIQ, organisme voué à la défense des droits des personnes en situation de handicap, c’est un autre dossier pour lequel nous avons la ferme intention de porter plainte devant la Commission des droits de la personne!

SOURCE RAPLIQ (Regroupement des activistes pour l’inclusion au Québec) Renseignements: Linda Gauthier, présidente RAPLIQ

(514) 690-8204

www.rapliq.org

Manifestation et performance pour l’accessibilité des transports en commun / Protest and performance for Transit Accessibility

Montage photo du Métro Place-Des-Arts qui reprend certains slogans et thèmes de la STM

(English below)

Le 25 juillet prochain, pendant le festival Juste pour rire, le collectif Accessibilize Montreal organisera une manifestation et une performance près du métro Place des arts pour dénoncer la discrimination fondée sur le handicap dans les transports en commun à Montréal. Voici leur invitation:

Dans l’esprit de ce festival d’humour, nous interagirons avec le public par des vox pop et d’autres surprises de la sorte. Et vous êtes tous et toutes ;) invités!
Voici quelques raisons pourquoi nous manifestons :

- 7 stations de métro sur 68 ont des ascenseurs
– seulement 4 de ces stations sont sur l’île de Montréal
– les autobus de la ville ont une seule place pour les personnes qui utilisent une aide à la mobilité
– la ville de Montréal prend des mesures pour freiner l’accessibilité
– un pourcentage élevé des autobus de la ville ont des rampes d’accès défectueuses et les chauffeurs refusent le service à certaines clientèles (par exemple, les personnes qui utilisent une aide à la mobilité ou un animal de service)

Ce n’est pas une mauvaise blague: plus de 20 % de la population en subit les conséquences quotidiennement. Il faut que ça change!

**Métro Place des Arts – entrée ouest.
Sur la rue De Bleury entre l’avenue Président Kennedy et la rue de Maisonneuve.**

Utilisateurs du transport adapté: si vous réservez en ligne, la station de métro Place des Arts se trouve dans la liste des lieux publics. Vous pouvez demander une arrivée pour 17h30. Pour l’heure du retour, c’est laissé à votre discrétion, libre à vous de choisir! Comme balise de référence, nous estimons que si vous quittez vers 20h30, vous devriez avoir vu l’essentiel!

Plus d’informations et discussions sur la page Facebook de l’événement / Vous pouvez voir la page même si vous n’avez pas de compte Facebook. Si vous avez un compte Facebook et vous prévoyez participer, S.V.P. cliquez sur le bouton Participer dans la page Facebook.

***

On July 25, during Just for Laughs, the Accessibilize Montreal group will be staging a protest and performance near Place des Arts Metro station to speak out against transit discrimination:

In the spirit of the comedy festival, we’ll be doing a Candid-Camera style interactions with the public, and other spontaneous antics! We invite all to join us!

Some of the reasons we are speaking out:

-7/ 68 metro stops have elevators
-only four of those stops are on the island of Montreal
-there is only one spot on any city bus for a person using a mobility device
-the city is taking active steps to stop accessibility
-many buses have faulty ramps and drivers refuse service to certain clientele (people using mobility devices, or who have assistance animals)

Yes, some of these things could be jokes in and of themselves, but they are real injustices that over 20% of the population live with on a daily basis.

Spread the word. Transit accessibility ain’t no joke. It is a necessity!

**West entrance of Metro Place des Arts. 
On de Bleury street between President Kennedy ave and de Maisonneuve street.**

Paratransit (Transport adapté) users: if you book online, the Place des Arts metro station can be found in the list of “public places”. You can ask for an arrival time of 5:30 PM. Regarding the departure time, it’s up to you, feel free to choose whatever time you would like. As a reference, if you leave at around 8:30 PM, you should have seen most of it!

More information and ongoing talks on the event’s Facebook page / You can view the page even if you do not own a Facebook account. If you have a Facebook account and you intend to participate, please click on the Participate button on the Facebook page.